Sondage IFOP exclusif : 71 % des populations voteraient contre le projet de "Prolongement de la Francilienne A 104 " en zones urbanisées

Rubriques: 

Rappel historique :

Le débat public relatif au projet A104 de « Prolongement de la Francilienne » qui s'est déroulé de mars à juin 2006, a été exemplaire quant à la participation des populations et sans précédent en France.

En effet, près de 12 000 personnes au total ont participé aux 27 réunions publiques qui ont été organisées dans de nombreuses villes situées de Méry sur Oise à Orgeval.

Ces personnes se sont mobilisées pour montrer leur opposition très déterminée vis-à-vis de ce projet d'autoroute en zones urbanisées.

Le 24 octobre 2006, le Ministre des Transports de l'époque, Monsieur Dominique PERBEN,  fait le choix du  tracé dit «vert ».

Ce tracé de 22 km qui traverse 3 fois la Seine et dont le coût est exorbitant (3 milliards d'Euros), ferait circuler 120 000 véhicules par jour à travers 8 communes dans les Yvelines et le Val d'Oise en impactant 16 communes, au total, par la pollution atmosphérique et sonore, soit près de 200.000 habitants.

Il s'agit donc d'un tracé d'autoroute qui est projeté en pleines zones urbanisées et qui aurait donc  des conséquences  néfastes sur le plan de la santé et de l'environnement pour un nombre très important d'habitants de la région.

 

Avril 2012 : le CO.P.R.A. 184 demande à l'IFOP l'organisation d'un sondage :

Le CO.P.R.A. 184 estimant que le choix de ce tracé en pleines zones urbanisées est une ineptie et que les populations n'ont pas été écoutées, lors du débat public, décide donc de « mesurer l'opinion actuelle des populations sur le projet de  prolongement d'autoroute A 104  en zones urbanisées ».

Pour cela, le CO.P.R.A. 184 confie à l'IFOP (Institut Français d'Opinion Publique)  l'organisation et la réalisation d'un sondage.

Ce sondage a eu lieu début mai 2012 en s'appuyant sur un échantillon représentatif (méthode des quotas) de 402 personnes situées dans les 8 communes concernées par le tracé dit « vert ». Cet échantillon était constitué de  2/3 d'habitants « non riverains » et de 1/3 de « riverains ».

 

Vendredi 01 juin 2012 : le CO.P.R.A. 184 organise une conférence de presse et sort un communiqué de presse :

En possession des résultats de ce sondage, le CO.P.R.A. 184 vient d'organiser une conférence de presse à la Maison des Arts de Maurecourt (chemin de la ville de Paris) le vendredi 01 juin à 10h30, afin d'informer les populations et tous les Elus et Autorités, à une semaine du premier tour des élections législatives.

 

Assistaient à cette  conférence de presse :

  • Les journalistes de la presse locale (La Gazette du Val d'Oise, Le Courrier des Yvelines, Le Journal des 2 Rives et Le Parisien).
  • Un journaliste - cameraman de la TV du Val d'Oise.
  • Une représentante de l'AFP.
  • Un représentant du Service de l'Information générale des Yvelines.
  • Monsieur François KRAUS, Directeur des enquêtes quantitatives à l'IFOP.

Assistaient également le Directeur de la Maison des Arts de Maurecourt et Monsieur Joël TISSIER, 1er adjoint au Maire de Maurecourt et Conseiller Général.

Le diaporama de présentation du sondage IFOP :

Monsieur  François KRAUS, Directeur des enquêtes quantitatives à l'IFOP, qui s'était chargé de la préparation du questionnaire, aux côtés du COPRA, de la mise en place du sondage et de la rédaction des  résultats, s'est déplacé de Paris à Maurecourt pour présenter les résultats de ce sondage, sous forme d'un diaporama.

 

Présentation Sondage IFOP 1er juin 2012

(Cliquer sur la diapositive pour l'agrandir)

 

Présentation Sondage IFOP 1er juin 2012

(Cliquer sur la diapositive pour l'agrandir)

Commentaire : vis à vis de la population totale concernée par le projet A104, la taille relativement importante de cet échantillon (un sondage se fait souvent sur un millier de personnes lorsqu'il concerne la population française toute entière), permet d'avoir des résultats significatifs en lesquels on peut accorder une grande confiance.

 

Présentation Sondage IFOP 1er juin 2012

(Cliquer sur la diapositive pour l'agrandir)

Commentaire : Près des ¾ des personnes interrogées connaissent l'existence de ce projet, ce qui montre que le travail permanent d'information du CO.P.R.A. 184 est efficace. Cette connaissance du « dossier » est toutefois plus faible chez les non riverains car 1/3 d'entre eux disent ne pas avoir entendu parler de ce projet. Il faut donc encore accentuer  les efforts d'information du public en pensant qu'il y a un mouvement permanent de renouvellement de la population sur l'ensemble des communes concernées.


Présentation Sondage IFOP 1er juin 2012

(Cliquer sur la diapositive pour l'agrandir)

Commentaire : La région Parisienne dans sa globalité et nos départements en particulier souffrent de graves problèmes de saturation des infrastructures de transport. Mais à l'heure des restrictions budgétaires de tous ordres et alors même que le coût des carburant fossiles ne cessent d'augmenter, les personnes interrogées sont, à une écrasante majorité, convaincues que les investissements financiers doivent maintenant s'orienter en priorité vers les transports en commun .

Les ¾ des riverains comme non riverains, estiment que ces 3 milliards d'Euros, doivent être investis dans les transports collectifs !

 

Présentation Sondage IFOP 1er juin 2012

(Cliquer sur la diapositive pour l'agrandir)

Commentaire : Une très nette majorité des sondés (59%) confirme que le passage en plein tissu urbain d'une infrastructure autoroutière est une mauvaise chose. Ils sont même 38%, riverains ou non riverains d'ailleurs, à considérer que cela serait une très mauvaise chose.

Ce projet n'est donc pas uniquement rejeté par les populations qui en seraient riveraines mais bel est bien par l'ensemble des habitants de la zone qui considèrent que cette autoroute ne leur apporterait rien de bon. Seuls 6 non riverains et 9 riverains sur 100 estiment que ce projet serait une très bonne chose.

 

Présentation Sondage IFOP 1er juin 2012

(Cliquer sur la diapositive pour l'agrandir)

Commentaire : Riverains et non riverains là aussi, s'accordent à affirmer que lors du débat public de 2006, durant lequel 12000 personnes sont venues exprimer leur refus de ce projet en argumentant par des contributions écrites et par leur présence lors des multiples réunions, leur avis n'a pas été écouté.

Si les ¾ des sondés confirment ici cette sensation de duperie que beaucoup ont eu le 24 Octobre 2006 lorsque le Ministre des Transports de l'époque a annoncé sa décision du "tracé vert", c'est bien qu'il est indispensable de remettre à plat ce dossier et de relancer une concertation qui cette fois ci tienne compte réellement de l'avis des principaux intéressés.

 

Présentation Sondage IFOP 1er juin 2012

(Cliquer sur la diapositive pour l'agrandir)

Commentaire : Comme le montre l'ensemble des études médicales récentes, la vie à proximité d'une infrastructure routière importante est très nocive pour la santé et les personnes interrogées en sont extrêmement conscientes (85%). Il en va de même pour la qualité de l'air qui peut affecter des zones plus vastes et plus généralement l'environnement global (80% estiment que ce projet aurait des effets néfastes sur la qualité de leur environnement).

Ensuite viennent des thèmes qui sont généralement  vantés par les thuriféraires des tracés autoroutiers qui veulent ignorer les nuisances sanitaires : La fluidification du trafic routier et le développement économique.

Sur ces deux thèmes, les personnes interrogées ne sont pas naïves, car près de 60% d'entre elles, pensent que ce projet aurait un effet négatif sur la circulation ( problème de saturation des voiries locales si augmentation du trafic via cette autoroute, la création d'une autoroute ne résoud pas les problèmes de fluidification du trafic car elle appelle à un trafic supplémentaire, exemple le Pont de Gennevilliers qui est toujours bouché aux heures de pointe malgré son doublement !).

 

Sur le plan du développement économique local, à peine plus de la moitié (52%) considère que ce projet aurait un effet bénéfique . Les sondés savent qu'au mieux les autoroutes déplacent les emplois (et souvent de manière temporaire), elles n'en créent pas.
Les autoroutes ne sont en aucun cas synonymes de moteur économique. La région Picardie traversée par une A16 peu fréquentée en est une bien triste preuve.

 

 

Présentation Sondage IFOP 1er juin 2012

(Cliquer sur la diapositive pour l'agrandir)

Commentaire : Cette autoroute ne pourrait pas se faire sans le consentement des populations. Il est révolu le temps où de hauts-fonctionnaires, technocrates enfermés dans leurs tours d'ivoire prenaient des décisions pour le commun des mortels contre son grès au seul prétexte que la raison d'Etat devait l'emporter.
Aujourd'hui, la démocratie directe fait de plus en plus d'émules et sur des questions d'une telle importance (3 milliards de budget, 2 départements concernés, 16 communes impactées, 200 000 habitants concernés) les Franciliens veulent être consultés et entendus !

Près de 80% d'entre eux souhaiteraient qu'un référendum soit organisé pour aborder la question du prolongement de l'A104.

 

 

Présentation Sondage IFOP 1er juin 2012

(Cliquer sur la diapositive pour l'agrandir)

Commentaire : 71% CONTRE !

Voilà  comment répondraient à la fois les riverains du futur tracé mais aussi les non riverains ! De manière tout à fait homogène, le rejet de cette infrastructure est quasi unanime. Il n'y a plus aucune ambiguïté. Même si certains essayaient encore, il y a peu de temps, de nous faire croire que nombreux étaient ceux qui souhaitaient voir ce projet autoroutier se réaliser, il n'en est rien !

 

Parmi les habitants de la zone, les tenants du projet sont ultra minoritaires. Les temps changent, ce projet est vieux de plus de 40 ans et les Franciliens savent que l'avenir n'est plus aux constructions de ce type qui sont des reliquats d'une ère révolue. La vision de l'avenir qu'ils se font de leur région (de plus en plus urbanisée) se base sur un développement durable axé sur des transports collectifs (voir diapositive n°2), des emplois pérennes (que ne leur apporterait pas cette autoroute) tout en préservant leur cadre de vie et leur environnement (voir diapositive n°5).

 

Le fichier PDF de cette présentation du sondage IFOP est attaché en fin d'article.

 

Le communiqué de presse CO.P.R.A. 184 du 1er juin 2012 :

 

Communiqué de presse COPRA 184 du 1er juin 2012

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)


Communiqué de presse COPRA 184 du 1er juin 2012

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Pour des raisons matérielles ce communiqué de presse est en fait regroupé sous forme de dépliant 4 pages avec le tract " CO.P.R.A. 184 spécial élections législatives des 10 et 17 juin 2012". Ce dépliant est distribué dans la période du 1er juin au 08 juin 2012 précédant le premier tour des élections législatives.

(Voir article "Tract d'information CO.P.R.A. 184 - Spécial Elections Législatives des 10 et 17 juin 2012")

 

Comment le CO.P.R.A. 184  va-t-il utiliser les résultats de ce sondage :

Nous venons de communiquer les résultats de ce sondage et le communiqué de presse très largement vers les Elus (Députés, Maires, Présidents, Vice-Présidents et Conseillers généraux des Conseils Généraux du Val d'Oise et des Yvelines, Président de la CA2RS, Président de la Région Ile de France) et les Autorités (Préfets du Val d'Oise et des Yvelines, Sous-Préfet de Saint-Germain-en-Laye, Services d'Information Générale du Val d'Oise et des Yvelines, Directeur Régional Interdépartemental de l'Equipement et de l'Aménagement de la région Ile de France) concernés par ce projet A104 ainsi que vers diverses associations nationales et locales.

Nous allons maintenant utiliser ces résultats pour étayer les arguments que nous défendons depuis toujours et pour « peser » sur le nouveau pouvoir politique qui se met en place depuis l'élection présidentielle 2012, afin d'obtenir :

  • L'annulation du tracé dit « vert ».
  • La restitution des emprises foncières aux communes.
  • L'organisation d'une concertation pour élaborer de nouvelles solutions de transport, en adéquation avec les attentes des populations.

Nous nous préparons d'ores et déjà à demander des rendez-vous avec les ministres concernés, pour la rentrée de septembre 2012.

Les résultats de ce sondage montrent bien que le CO.P.R.A. 184 a eu totalement raison, depuis plus de 20 ans, de s'opposer à ce projet d'autoroute en pleines zones urbanisées. Ce sondage renforce encore notre légitimité.

Les populations peuvent nous faire confiance pour continuer notre action, de la manière la plus efficace possible et en toute transparence, afin qu'elles puissent être enfin entendues.

Nous invitons nos visiteurs à diffuser le plus largement possible toutes ces informations ainsi que l'adresse du site internet du CO.P.R.A. 184 : www.copra184.org

Restez mobilisés !

Mobilisez autour de vous en diffusant l'information !

 

 

Images de la conférence de presse CO.P.R.A. 184 / IFOP du vendredi 1er juin 2012 :