Tracé Vert A104, les zones d'habitations et les équipements publics de POISSY qui seraient sinistrés.

La ville de Poissy en images.

Des cinq tracés étudiés pendant la CPDP, le tracé vert retenu comme base pour la suite des études du prolongement de la Francilienne A104 est celui qui est le plus catastrophique pour les populations.

 

Un viaduc autoroutier à POISSY, chronique d'une catastrophe irréversible :

 

Le tracé Vert retenu par le ministre Dominique Perben, enjamberait la Seine à POISSY par un  énorme viaduc de 2 x 3 voies qui surplomberait le quartier de l'île de Migneaux constitué de 100 maisons. Il passerait au milieu du parc du Relais International de la Jeunesse qui accueille chaque année plusieurs milliers de jeunes. La piscine municipale et le centre de loisirs de la ville n'en seraient distants que de 700m. Les écoles de l'Abbaye, le lycée le Corbusier, le parc Meissonier, le centre hospitalier, la rue de Migneaux, le quartier de la Coudraie (cette liste n'est pas exhaustive) seraient particulièrement sinistrés et pollués en raison de la montée de l'A104 vers l'A13.

Dans le dossier du Maître d'Ouvrage, le secteur des Bords de Seine à Poissy a été classé en « zone très sensible » car comportant des paysages rares en milieu urbain, pour lesquels il est écrit : « passage non faisable sans détruire le site... »

La rampe d'accès au viaduc serait aménagée par des merlons de terre au Nord de la Galiotte dans la zone d'expansion des crues, en plein lit majeur du fleuve, au mépris des prescriptions de la loi sur l'eau et du PPRI, et le passage rue de Migneaux traverserait une zone sensible de captage d'eau potable.

La pollution ne se concentrerait pas seulement aux abords immédiats du viaduc. La ville de POISSY, par sa configuration en cuvette et située sous les vents dominants d'Ouest, subirait la pollution des 120.000 véhicules/jour.

Les riverains - certains seraient à moins de 50m du viaduc -, mais également les 6 700 résidents et 6 800 scolaires situés dans un rayon de moins d'un kilomètre du tracé, ainsi que les structures d'accueil temporaire comme le Centre Hospitalier, subiraient directement ces nuisances. Nuisances auxquelles il faudrait ajouter le bruit que provoquerait l'effet de tambour des joints de chaussée au passage de chaque véhicule.

 

Où se situe la cohérence de ce projet pour Poissy ?

Il est faux de dire que cette autoroute délesterait la circulation dans POISSY. En effet, le site Peugeot et le Technoparc  se situent en rive gauche et la desserte  se ferait à partir de l'échangeur situé en rive droite. Les camions devraient emprunter le pont de POISSY déjà saturé pour accéder à ces zones industrielles. Une partie du trafic continuerait donc à traverser la ville pour rejoindre l'échangeur d'Orgeval. L'autoroute n'améliorerait pas la circulation dans Poissy, mais l'engorgerait en y injectant du trafic supplémentaire.

De plus, quelle est l'opportunité d'une autoroute qui se terminerait en cul-de-sac sur l'A13 qui n'aurait pas la capacité d'absorber ce trafic supplémentaire ? Tous les acteurs du débat public ont dénoncé cette contradiction. Le Maître d'Ouvrage a reconnu qu'il n'avait pas de solution pour résoudre ce problème. Alors arrêtons là les incohérences.

 

Le projet est inefficace, destructeur et dangereux :

Le passage de l'A104 à Poissy ne résoudrait pas les problèmes de circulation locale et régionale. Il détruirait un site exceptionnel et rare. Il serait impossible de protéger la population contre la pollution et les conséquences sanitaires graves qu'elle engendrerait. Pour Poissy, le passage de 120 000 véhicules par jour serait d'autant plus dangereux que la ville connaît déjà des pics de pollution inquiétants.

 

 

Les nombreuses interventions du CO.P.R.A.184 de Poissy, du Syndicats des Propriétaires de l'Ile des Migneaux (SPIM), du Directeur du Relais International de la Jeunesse, et des habitants de POISSY, au cours des réunions de proximité et des réunions thématiques du Débat Public (Mars-Juin 2006), ainsi que les avis, les contributions écrites, la lettre du CO.P.R.A.184 de POISSY du 26 mai 2006 adressée au Président de la Commission, n'ont pas été prises en compte par la Commission de Débat Public et par le Maître d'Ouvrage.

Ce projet est innaceptable, sur la ville de Poissy comme sur toutes les autres villes concernées. Ce tracé Vert de l'autoroute A104 n'a pas sa place en zone urbanisée.