Historique

Les maires de gauche de Conflans-Sainte-Honorine, Poissy, Carrières-sous-Poissy et Achères ont vivement manifesté leur désaccord en quittant, brutalement, hier après-midi, la réunion de mise en place d’un comité de pilotage et de suivi du projet de prolongement de l’A 104, entre Méry-sur-Oise (Val-d’Oise) et Orgeval. Les élus concernés sont intervenus pour dire leur opposition au tracé, retenu en 2006 par Dominique Perben, ministre de l’Equipement de l’époque, et demander une alternative...

La polémique sur le prolongement de l’A 104 entre Méry-sur-Oise et Orgeval (Yvelines) n’est pas apaisée. Lundi, lors d’une réunion de travail à la préfecture de région, alors que les maires yvelinois de gauche de Poissy, Conflans-Sainte-Honorine, Achères et Carrières-sous-Poissy en désaccord avec le représentant de l’Etat ont claqué la porte, Pierre Cardo, député (UMP) de Chanteloup-les-Vignes (78), ou encore Jean-Paul Huchon, le président (PS) de la région, ont fait des propositions avec pour but de décrocher un réexamen de ce dossier épineux...

Le projet de prolongement de l'A104 dans l'ouest pararisien est un dossier de 40ans qui rassemble à lui tout seul tous les dysfonctionnements des projets autoroutiers français :

  1. La parole de l’Etat 3 fois remise en cause avec, pour conséquence, 18 ans de combat des associations.

  2. Les objectifs du dernier projet opportunément arrangés: le dossier saucissonné en plusieurs Débat Publics indépendants pour isoler les populations impactées.

Depuis sa création, un des rôles majeur du COPRA est d'expliquer et d'informer.
En mai 2000, pour renforcer les liens entre notre mouvement et les adhérents et sympatisants, nous avons créer la lettre d'information.
9 ans plus tard, la lettre continue, plusieurs fois par an, a informer des milliers de citoyens de l'avancement du combat.
Vous touverez ci-dessous l'ensemble des lettres d'informations.
 

Durant plus de 4 mois, des milliers de participants sont venu exprimer, le plus souvent, leur opposition à l'idée d’un tracé autoroutier en plein tissu urbain. Prolonger de 22 km une autoroute qui viendrai se fracasser sur l'A13 déjà fortement saturée aux heures de pointe est une hérésie pour beaucoup. Notamment les riverains de cette potentielle autoroute qui traverserai jusqu'a 12 communes du Val d'Oise et des Yvelines.

Pages