Le CO.P.R.A. 184

Le 18 février 2009 : une délégation du COPRA composée de cinq personnes rencontre le maire de Carrières sous Poissy, Monsieur Eddie Aït, en mairie, afin de faire le point sur le dossier A104.

Le 23 mars 2009 : se tient la première réunion du premier « comité de suivi sur le prolongement de la Francilienne », comité prévu par décision ministérielle du 24 octobre 2006, suite au Débat public. Cette réunion a lieu sous la présidence du Préfet de la Région Ile de France, Monsieur Daniel Canepa.

Le vendredi 11 janvier 2008 : une délégation du COPRA (accompagnée d'autres associations : « A12 non merci », « Jade », « Sauvons les Yvelines », « Union des Amis du Parc ») est reçue  à la Préfecture de Versailles par  le Préfet, Monsieur Christian GAILLARD de LAVERNEE.

Quelques citations d'actualité pour le cadrage du projet A104

*****

> Déclaration du Président de la République - Appel de Paris  (3 Février 2007)

"Nous nous engageons à faire le choix d'une autre croissance, une croissance écologique, le choix d'une économie mise au service du développement durable ... nous récusons un modèle fondé sur le gaspillage effréné des ressources naturelles et la pollution toujours plus grave de la planète. "

 

Le 20 Janvier 2005, le COPRA184 rencontre Christian LEYRIT, Préfet du Val d'Oise, et ancien Directeur des Routes à l'Équipement, farouche partisan du programme 'tout-autoroutier' français. La réunion permet au COPRA184 de constater le fossé qui existe entre les populations et leurs élus, et ce parangon de la Haute Administration de l'Etat.

Le 29 Mars 2002, le COPRA184 est reçu par Serge BLISKO, Député-Maire de Paris XIVème, au Comité de campagne de Lionel JOSPIN pour l'élection présidentielle. Lionel JOSPIN renouvelle par écrit les engagements pris en 1995 et 1997.

Le 22 Janvier 2001, le COPRA184 demande à rencontrer le nouveau Directeur Régional de l'Équipement d'Ile-de-France (DREIF), Bertrand MEARY, pour planifier la poursuite de la concertation. Pas de réponse....

Le 12 Juin 2001, sans réponse de la DREIF et du Ministère de l'Équipement, le COPRA184 écrit à Lionel JOSPIN, Premier Ministre, pour appeler à l'organisation de la concertation promise.

En Mars 2000, le COPRA184 demande à rencontrer à nouveau Jean-Claude GAYSSOT, Ministre de l'Équipement, dont on est sans nouvelle un an après la fin de l'expertise sur le bouclage alternatif de la Francilienne. Cette demande s'accompagne de lettres de soutien de la part de toutes les municipalités du Comité de Communes et du Président du CRIF Jean-Paul HUCHON.

L'Assemblée Générale Annuelle du COPRA184, qui devait se tenir début Décembre 1998 est reportée dans l'attente imminente des conclusions de l'expertise de la DREIF ... qui n'arriveront jamais. L'Assemblée aura finalement lieu en Février 1999. Le Ministère avancera les ennuis de santé de Gilles RICONO pour justifier l'absence de publication du rapport d'expertise.

Les 13 et 20 Janvier 1998, le copra184 se rappelle au bon souvenir des Maires de Conflans-Sainte-Honorine et de Chanteloup, MM. HUCHON et CARDO, lors de leurs réceptions de Nouvel An. Il réaffirme son refus des tracés en zones urbaines et son exigence pour une véritable concertation à l'initiative du Ministre. Des réunions publiques sont à nouveau organisées dans les villes concernées.

Le 20 Janvier 1998, le COPRA184 est une nouvelle fois reçu par Alain RICHARD, à la Mairie de St Ouen l'Aumône.

Pages