04 février 2016, le CO.P.R.A. 184 donne une conférence de presse à Conflans-Sainte-Honorine

Rubriques: 

Le jeudi 04 février 2016, le CO.P.R.A. 184 donne une conférence de presse à Conflans-Sainte-Honorine, salle Bouyssel dans le parc du Château du Prieuré.


Conférence de presse du 04 février 2016 à Conflans-Sainte-Honorine

Cinq organismes de presse ont répondu à l'invitation du CO.P.R.A. 184 :

La Gazette du Val d'Oise

La Gazette en Yvelines

Le Courrier des Yvelines

Le Journal des 2 Rives

Le Parisien

La TV du Val d'Oise est également présente.

La chaîne TV Yvelines Première, qui n'est pas disponible ce jour là, fera une  interview de la Présidente, du Porte-parole et du Fondateur du CO.P.R.A. 184 le vendredi 12 février 2016.

Christiane PARAVY, Présidente du CO.P.R.A. 184, ouvre la conférence de presse en remerciant les journalistes d'être présents et les invite à regarder le tout récent nouveau film du CO.P.R.A. 184.

A la fin du film, la Présidente insiste sur la dénonciation dans ce film, des effets destructeurs de la pollution sur la santé, puis elle invite les adhérents et administrateurs du CO.P.R.A. 184 présents, à mettre symboliquement un masque de protection contre les particules fines. 


Conférence de presse du 04 février 2016 à Conflans-Sainte-Honorine


Conférence de presse du 04 février 2016 à Conflans-Sainte-Honorine

 

Christiane PARAVY, Victor BLOT Fondateur du CO.P.R.A. 184 et Laurent LANTOINE  Porte-parole du CO.P.R.A. 184 développent ensuite les thèmes repris sur le communiqué de presse qui sera remis aux journalistes à la fin de la conférence de presse (envoi également par mail, avec l'historique du CO.P.R.A. 184 mis à jour à la date de février 2016)

 

Le communiqué de presse :

 

1-Pollution de l’air : coût sanitaire.

 

2- COP 21 (Du 30 novembre au 11 décembre 2015).

 

3- Réponse de Valérie Pécresse au CO.P.R.A. 184 durant la campagne des régionales en Ile de France (élections des 06 et 13 déc. 2015).

 

4- Le rôle d'aspirateur de toute nouvelle infrastructure autoroutière.

 

5- Nos prochaines actions.

 

----------------------------------------------------

Remarque : pour consulter les annexes citées dans le communiqué de presse, veuillez ouvrir le fichier attaché en fin de publication.(Communiqué de presse et ses 4 annexes).

L'historique du CO.P.R.A. 184 est également joint comme fichier attaché en fin de publication.

 

 

1-Pollution de l’air : coût sanitaire

 

Notre nouveau film, lancé en novembre 2015, met en exergue le fait que :

♦  La pollution atmosphérique est la cause de nuisances sanitaires majeures avec 43 000 décès prématurés par an, liés aux particules fines PM2,5 en France, 7700 décès causés par le dioxyde d’azote NO2 et 1500 liés à l’ozone.

Contrairement aux idées reçues, la majorité des effets de la pollution de l’air n’affecte pas les fonctions respiratoires. A l'échelle mondiale, les principales causes de décès liés à la mauvaise qualité de l’air sont les infarctus et les pathologies ischémiques coronariennes (40%), les accidents vasculaires cérébraux (40%), puis les pathologies respiratoires chroniques (11%), suivis des cancers du poumon (6%) et des infections aiguës des voies respiratoires inférieures chez l’enfant (3%).

  La pollution due à la circulation routière en est largement responsable.

En effet, les transports représentent 16% des émissions nationales de particules fines PM10, 19% des particules PM2,5  et 59% des émissions d’oxydes d’azote NOx.

 

Ces données bien établies ont été mentionnées, encore très récemment, dans un certain nombre d’études :

  Etude européenne « APHEKOM » publiée en 2012 (Etude réalisée par 60 scientifiques, sur 25 villes européennes, durant 3 ans).

  Revue de l’OMS Europe de 2013 avec sa conclusion « lien de causalité renforcé entre l’exposition aux PM2,5  et la mortalité cardiovasculaire et respiratoire ».

  Expertise du « CIRC » (Centre International de Recherche sur le Cancer) en octobre 2013 qui classe la pollution de l’air extérieur comme « cancérogène pour l’homme ».

  Rapport de « l’Agence Européenne pour l’Environnement sur la qualité de l’air en Europe en 2013 » (publié le 28/11/2015) qui précise que l’impact sanitaire du dioxyde d’azote est sans doute minoré, car seules les concentrations de plus de 20µg/m3 d’air ont été prises en compte. 

http://www.eea.europa.eu/publications/air-quality-in-europe-2015

  Rapport de la « Commission d’enquête du Sénat » sur le coût économique et financier de la pollution de l'air ». Cette commission, créée le 11 février 2015, est composée de sénateurs représentant l'ensemble des groupes politiques du Sénat et a rendu son rapport le 15 juillet 2015 dans lequel elle met en exergue les faits suivants : 

(Voir lien ci-dessous et dans l’annexe).

http://www.senat.fr/commission/enquete/cout_economique_et_financier_de_la_pollution_de_lair.html

*       « … les résultats actuels ne donnent qu’une vision largement minorée de l’ampleur du phénomène.

*       « Au niveau mondial, selon les estimations de l’OMS, publiées en mars 2014, près de 3,7 millions de personnes sont décédées prématurément en 2012, du fait de l’exposition à la pollution de l’air extérieur, soit le double par rapport à l’année précédente ».

*       De plus, ces dégâts sanitaires engendrent des coûts astronomiques pour la société. Le « coût tangible » (dépenses de santé de prises en compte des pathologies induites par la pollution) est estimé au minimum à 3 milliards d’euros par an, pour la France. Le « coût intangible », ou « coût socio-économique » (dû à une perte de bien-être) lui, avait été estimé entre 70 et 100 milliards d’euros, il y a 10 ans.

*       Toutes les études actuelles ne prennent pas en compte « l’effet cocktail » des différents polluants de l’air.

 

 Livret rédigé par FNE (France Nature Environnement) sur la pollution de l’air:

http://en.calameo.com/books/00062410692fb2d3c4e8c

 Médias télévisés, encore très récemment, en janvier 2016 : par exemple, émission « Théma » sur Arte du mardi 26 janvier 2016, au sujet de la pollution atmosphérique dans le monde et des dégâts occasionnés sur la santé des populations.

 Livre « Désintoxiquez-vous » de Véronique Vasseur et Clémence Thévenot, sorti le 20/01/16 chez Flammarion (Coût annuel de la pollution de l’air en Europe : 1400 milliards d’euros avec 600 000 décès prématurés par an).

 

 

2-COP 21 (Du 30 novembre au 12 décembre 2015)

 

L’Accord de Paris a été adopté à l’issue de la 21e session de la Conférence des Parties tenue à Paris du 30/11 au 11/12/2015.

2-1-Le projet A104 de « Prolongement de la Francilienne » entre Méry-sur-Oise et Orgeval nuit gravement à l’Accord de Paris car il est en complète contradiction avec lui, sur les points suivants :

 Article 2 (Page 24/39) de « l’Accord » sur la limitation de l’élévation des températures et des Gaz à Effet de Serre (GES) (Voir article 2, §1 a) et b) de l’annexe).

 Article 4 §1 et §9 page 25/35 : chaque partie à « l’Accord » communique une contribution tous les 5 ans (article 4 §9) : la Conférence des Parties fait périodiquement le bilan de la mise en œuvre afin d’évaluer les progrès collectifs accomplis (article 14 §1) avec un 1er bilan mondial en 2023 et tous les 5 ans par la suite (article 14 §2).

 Les changements climatiques sont un sujet de préoccupation pour l’humanité tout entière : les parties doivent promouvoir les droits de l’homme, le droit à la santé, le droit au développement (Cf. « considérant » en page 2, « conscientes » en page 23)

 Des efforts de réduction des émissions beaucoup plus importants que les contributions prévues au niveau national (Hausse de température de 2°C avec des émissions de 55 gigatonnes en 2030) seront nécessaires pour contenir l’élévation de la température en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels en ramenant les émissions à 40 gigatonnes ou en dessous de 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels  (« note avec préoccupation » en page 4 §17).

 les efforts d’atténuation doivent être portés au plus haut niveau possible avant 2020  (« décide » en pages 16 et 17 §106).

 

2-2-L’avenir va renforcer cette incompatibilité

  Le projet A104 accroit les GES de 28% selon les indications du maître d’ouvrage dans son dossier lors du débat public du printemps 2006 : le secteur des Transports est l’un des derniers à augmenter encore ses émissions de GES.

  Les allégations rassurantes sur l’accroissement du parc des véhicules propres restent un leurre à court terme : la décarbonisation du parc automobile français (largement diésélisé) est un chantier de longue haleine. De plus, les poids lourds (environ 20% du trafic sur l’A104) ne sont pas encore concernés par les moteurs électriques.

  Le développement de transports en commun de substitution (par exemple la Tangentielle Ouest - TGO - dont le tracé est parallèle à celui du projet A104) avance trop lentement : 15 à 20 ans seront nécessaires pour réaliser une nouvelle ligne.

  Les pics de pollution ne sont pas les plus dangereux pour la population mais c’est la « pollution de tous les jours »  (la pollution de fond) qui est la plus nocive.  Elle est mesurée par la moyenne annuelle des concentrations de polluants dans l’air (le dioxyde d’azote NO2 et les particules fines PM 2,5) qui sont émis par les transports et le chauffage. Sa valeur augmente sans cesse, ce qui affecte fortement la santé des populations.

 

 

3- Réponse de Mme Valérie Pécresse au CO.P.R.A. 184 durant la campagne des régionales en Île de France (élections des 06 et 13 déc. 2015) 

Valérie Pécresse a précisé, pendant la campagne des régionales, sa position sur le projet A104, suite au questionnaire que nous lui avions adressé.

Elle nous a répondu dans un courrier daté du 10/11/2015 que nous avons reçu le 25/11/15. (Courrier mis en annexe).

 

Dans ce courrier, elle intervient de la façon suivante :

 

  • « La nécessité de briser le tabou de la route pour réduire significativement les embouteillages et la pollution qu’ils génèrent ».
  • « Le prolongement de la Francilienne constitue, à l’évidence, une orientation qu’il convient d’envisager ».
  • « Il m’apparaît opportun que cette question spécifique relative au futur tracé retenu fasse l’objet d’une concertation réunissant l’ensemble des parties prenantes …».
  • « Ce sera l’occasion d’examiner la possibilité de nouveaux aménagements sur l’A13 (et éventuellement sur l’A14) afin que cette autoroute (A13) déjà saturée soit en mesure de supporter les effets induits par ce prolongement de la Francilienne, en termes de trafic routier ».
  • « La préconisation d’une solution en souterrain, pour le projet A104 ».

 

3-1-Une solution en souterrain : le dossier est vide, pour l’instant :

1.    Etudes réalisées : les seules études connues à ce jour (DRIEIA) semblent montrer qu’un souterrain de 22 km n’est pas réalisable (Bretelles de sorties et d’entrées ?). Actuellement, seulement 11km ont été envisagés par la DRIEA, sur l’ensemble du parcours.

2.    Impacts de la préconisation : coût de la solution ? Faisabilité technique ? Conséquences sur l’environnement ? (évacuation des gaz, sécurité routière).

3.    L’option en souterrain augmenterait considérablement le coût du projet A104 (Passage de 3,2 à 8 milliards d’euros ? Voire davantage ?). Comment alors réaliser un tel projet avec un budget annuel du STIF limité à 6,5 milliards d’euros ? 

4.    Les mesures d’accompagnement : possibilité de nouveaux aménagements sur l’A13 voire l’A14 (Nature ? Impact sur la forêt de Marly ? Couloir de sécurité ? Coût ?)

5.    Bilan comparé avec des solutions alternatives : amélioration de l’existant et développement des transports en commun (TGO).

6.    Certains  mythes ont la vie dure :

  • La voiture « propre » : quand ? comment ? La voiture propre ne supprime pas les bouchons à un seul utilisateur par véhicule. En zones denses, les transports en commun (TC) sont nettement plus performants que les trajets en voiture.
  • L’autoroute « fluidifie la circulation » : vrai uniquement de manière temporaire (voir le doublement du pont de Gennevilliers).
  • « L’aspirateur à voitures » : l’augmentation de l’offre de transport routier nuit au report modal vers le rail et accroit la pollution
  • Le souterrain « préserve l’environnement » : impacts sur l’air (évacuation des gaz d’échappement à côté des zones pavillonnaires), le bruit au niveau des bretelles d’accès nécessaires …
  • Le développement économique : déplacer les emplois et non en créer. Quelles créations nettes d’emplois étayées par des études ?

 

3-2-La concertation sur le projet :

1.    Difficulté à faire entendre la problématique « préservation de la santé des populations » et la corrélation entre « pollution atmosphérique » et « santé », malgré les études alarmantes qui sont faites par les scientifiques, à ce sujet.

2.    Les tentatives précédentes de « concertation » (débat public du printemps 2006 puis concertation des élus par le préfet de la région Ile de France…) se sont toutes soldées par des échecs => quoi de neuf sur la méthode, le contenu… ?

3.    L’obsolescence du débat public de 2006 et donc de l’arrêté ministériel d’octobre 2006 : l’environnement actuel, dans cette région, est très différent de celui du débat public de 2006 (augmentation très grande de la densité urbaine, dans toutes les villes, implantations de nouvelles infrastructures et nouveaux projets, en plusieurs lieux …).

En effet, depuis 10 ans, le contexte a fortement évolué au niveau des objectifs de l’ouvrage et de la population concernée (+ 80 000 habitants // 300 000 habitants impactés dans le Val d’Oise et les Yvelines). Les études d’impact et les simulations numériques de trafic doivent être reprises sous peine de solution inopérante et inadaptée.

4. Les solutions alternatives à l’A104 défendues par le CO.P.R.A. 184 :

  • Amélioration de la RN184 de l’échangeur avec l’A15 jusqu’au carrefour avec la D190 à l’entrée de Saint-Germain-en-Laye  (suppression des feux routiers avec dénivellation des carrefours, suppression des goulets d’étranglement, amélioration de la protection des riverains et échangeur avec l’A14 à l’entrée nord de Saint-Germain-en-Laye).
  • Accélération de la réalisation du projet ferré de Tangentielle Ouest (TGO).
  • Développement du report modal fluvial et ferré.

 

Notre objectif : obtenir l’annulation du Tracé vert A104 avec par ordre de priorité, la mise en œuvre de solutions alternatives et au besoin, la remise à plat du dossier pour l’étude d’un tracé hors zones urbanisées si les solutions alternatives s’avéraient insuffisantes.

 

4- Le rôle d’aspirateur de toute nouvelle infrastructure autoroutière :

Encore des bouchons ? 

-          Y a qu’à élargir la route !

-          Y a qu’à faire des voies supplémentaires !

 

C’est en suivant cette logique qu’après plusieurs agrandissements, le Texas a inauguré, en 2008, à Houston, « la plus large autoroute du monde », la « Katy Freeway ».

Depuis, cette autoroute est dotée de 26 voies.

Et pourtant, moins de dix ans après, on y roule maintenant plus lentement qu’avant l’élargissement.

Voir lien : rue89.nouvelobs.com/2016/01/06/plus-large-autoroute-monde-est-déjà-bouchee-262729

 

Plus de routes, donc plus de voitures !

Comment est-ce possible ?

Tout simplement parce que quand on construit de nouvelles routes, on incite plus de gens à prendre leur voiture et/ou à s’installer dans un pavillon plus loin de la ville et accessible uniquement en voiture.

C’est un phénomène bien connu, appelé « Paradoxe de Braess » ou « trafic induit ».

Cela revient à remplir le « Tonneau des Danaïdes ».

Le trafic automobile fonctionne comme la mécanique des fluides : si l’on ne ferme pas le robinet au départ, rajouter une sortie ne suffit pas.  »


 

5- Nos prochaines actions :

5-1-L’information constante aux populations sous la forme de tracts.

 

5-2-Rendez-vous avec les Ministres :

 

1.    Après quatre envois de courriers par le CO.P.R.A. 184, en 2015 (en janvier, juillet, août et octobre 2015), pour demander un RV à Mme la Ministre de l’Ecologie, son chef de cabinet a répondu par un courrier daté du 20 novembre 2015 (Voir courrier en annexe).

Dans cette lettre, il est précisé que notre dernier courrier du 24/10/15 sera transmis à M. Alain Vidalies, Secrétaire d’Etat chargé des Transports « en soulignant le sens de votre démarche et en lui demandant de l’examiner avec attention ».

Affaire à suivre …

 

2.    L’actualité (Attentats et COP 21) ne nous a pas permis de mettre en place une manifestation devant le Ministère de l’Ecologie … mais ce n’est que partie remise …

 

Selon l’actualité, le COPRA pourra :

  • Se réserver le droit d’aller demander des comptes directement au Ministère de l’Ecologie qui continue à faire la sourde oreille sur ce dossier et tourne donc le dos aux engagements, pris par la France, dans l’Accord de Paris de la COP21.
  • Profiter des déplacements des Ministres dans le Val d’Oise et les Yvelines, en suivant, jour après jour, leurs agendas.

 

 

     5-3-Rendez-vous avec la présidente de la Région Île de France :

Notre priorité : obtenir un rendez-vous avec la Présidente de la Région IDF et son vice-président en charge des Transports.

C’est un préalable à nos actions sur le projet A104.

Nous avons adressé pour cela, à Mme Valérie Pécresse, une demande de RV le 17/01/2016 (Voir courrier en annexe) et avons téléphoné plusieurs fois, depuis, au secrétariat de son chef de cabinet, afin de pouvoir aboutir.

Affaire à suivre …

 

5-4-RV avec le président du Conseil départemental du Val d’Oise :

Malgré notre demande de RV du 05 mai 2015 et nos relances par courriels, nous attendons toujours … Pourtant, nous avons été reçus, depuis plusieurs mois, par le Vice-président au Conseil départemental des Yvelines, en charges des « transports et mobilités ». Quid du Conseil départemental du Val d’Oise ?

Y aurait-il du mépris pour les populations ou une méconnaissance (inadmissible) des incidences néfastes et irréversibles du projet A104 sur la santé ?

 

5-5-Organisation de l’événement  « Les 25 ans du CO.P.R.A. 184 » :

Dimanche 02/10/2016 : un dimanche après-midi qui se voudra à la fois informatif et festif et qui s’adressera à toutes les catégories de public (Familles, populations impactées ou non, élus, associations …).

 

------------------------------------------------------------------------------

 

D'autres photographies de la conférence de presse

(Cliquer sur les vignettes pour agrandir les photographies)

Conférence de presse du 04 février 2016 à Conflans-Sainte-Honorine
Conférence de presse du 04 février 2016 à Conflans-Sainte-Honorine
Conférence de presse du 04 février 2016 à Conflans-Sainte-Honorine
Conférence de presse du 04 février 2016 à Conflans-Sainte-Honorine
Conférence de presse du 04 février 2016 à Conflans-Sainte-Honorine
Conférence de presse du 04 février 2016 à Conflans-Sainte-Honorine
Conférence de presse du 04 février 2016 à Conflans-Sainte-Honorine
Conférence de presse du 04 février 2016 à Conflans-Sainte-Honorine
Conférence de presse du 04 février 2016 à Conflans-Sainte-Honorine
Conférence de presse du 04 février 2016 à Conflans-Sainte-Honorine