Résumé de l'Assemblée Générale Ordinaire du CO.P.R.A. 184 tenue le 18 novembre 2016 à Éragny-sur-Oise

L'Assemblée Générale Ordinaire (AGO) de l'exercice 2015-2016 s'est tenue le vendredi 18 novembre 2016 à l'Espace des Calandres rue de la Papeterie, 95610 Éragny-sur-Oise

 

L'Espace des Calandres a été très aimablement mis à disposition du CO.P.R.A. 184 par la municipalité d'Éragny-sur-Oise que nous remercions.

Tribune de l'AGO 2016

Le diaporama d'accueil des participants à l'AGO

Ce diaporama déjà été projeté lors des 25 ans du CO.P.R.A. 184 à Conflans-Sainte-Honorine le dimanche 2 octobre après-midi, retrace les faits marquants des 25 années d'actions du CO.P.R.A. 184 avec ses adhérents et sympathisants.

(Pour contrôler le défilement des diaporamas, utiliser les boutons de lancement de pause II et les flèches << >>)

Cliquer ici pour voir le diaporama en pleine page

 

Les panneaux d'information

Des panneaux d'informations diverses et relatives à l'historique du CO.P.R.A. 184 depuis 25 ans et des panneaux de photographies du patrimoine, sont exposés à l'entrée de l'Espace des Calandres.


Panneaux d'informations


Photographies du patrimoine

 

Déroulement de l'AGO

Le 18 Novembre 2016 à 20h00, les adhérents du CO.P.R.A. 184 se sont réunis en Assemblée Générale Ordinaire dans l'Espace des Calandres rue de la Papeterie à Éragny-sur-Oise, sur convocation de la Présidente du CO.P.R.A. 184, dûment adressée aux adhérents dans les formes et délais prévus et en application de l’article 10 des statuts de l’association.

Le décompte des présents et des pouvoirs tel que résultant de l’émargement des feuilles de présence montre que le quorum est atteint.

La Présidente du CO.P.R.A. 184 déclare que l’Assemblée est donc valablement constituée et peut délibérer.

La séance est ouverte à 20h30 par son président de séance Daniel JEUFFRAULT, Président du comité de ville d'Éragny-sur-Oise.

Le président de séance adresse ses remerciements :

• A Monsieur Thibault HUMBERT, Maire d'Éragny-sur-Oise qui a bien voulu mettre cette salle à disposition du CO.P.R.A. 184.

• Au public constitué de nombreux adhérents (porteurs, pour certains, de pouvoirs légalement enregistrés) et sympathisants, ce qui prouve, encore une fois, la motivation des habitants de notre région à vouloir défendre leur cadre de vie.

• Aux services techniques de la ville d'Éragny-sur-Oise et plus spécialement aux régisseurs de l'Espace des Calandres.

• À la presse toujours présente à nos réunions et manifestations et qui en assure le suivi depuis 25 ans.

• Aux Élus venus soutenir le CO.P.R.A. 184.

Le président de séance donne ensuite la composition de la tribune :

-Présidente du Collectif : Christiane PARAVY Administratrice au comité de Carrières-sous-Poissy
-Président de séance : Daniel JEUFFRAULT Président du comité de ville d'Éragny-sur-Oise
-Porte-parole du Collectif : Laurent LANTOINE Administrateur au comité de Conflans-Sainte-Honorine
-Fondateur du Collectif : Victor BLOT Administrateur au comité de Conflans-Sainte-Honorine
-Secrétaire du Collectif : Philippe POIX Administrateur au comité de Maurecourt
-Secrétaire adjoint du Collectif Dominique ROUSSEL Administrateur et Président du comité d'Herblay
-Trésorier du Collectif : Freddy BEE Administrateur au comité d'Eragny-sur-Oise
     

 

Le président remercie les présidents des divers Comités de villes pour les actions menées en 2016 :

- Président du Comité de ville de Pierrelaye : Bernard LEBLANC

- Président du Comité de ville d'Herblay : Dominique ROUSSEL

- Président du Comité de ville d'Éragny-sur-Oise : Daniel JEUFFRAULT

- Président du Comité de ville de Conflans-Ste-Honorine : Henri TAMBUTTE

- Président du Comité de ville de Neuville-sur-Oise : Pascal CHIVE

- Président du Comité de ville de Maurecourt : Thierry BOUCHERON

- Président du Comité de ville d'Andrésy : Marc-Noël VANDAMME

- Président du Comité de ville d'Achères : Olivier GRIZARD

- Président du Comité de ville de Chanteloup-les-Vignes : Claude LOISEAU

- Président du Comité de ville de Carrières-sous-Poissy : Yannick PICHAUD

- Président du Comité de ville de Poissy-Villennes : Luc LEVASSEUR

- Président du Comité de ville d'Orgeval : Claude BOITEAU

 

Le président de séance donne lecture de l'ordre du jour de l'Assemblée Générale Ordinaire :

- Rapport Moral et Rapport d'Activité

- Rapport Financier

- Rapport des Contrôleurs aux Comptes

- Résolution concernant le montant des cotisations

- Résolution permettant d'ester en justice

- Élection des administrateurs

- Élection des contrôleurs aux comptes

- Motion d'action 2016

- Questions/Réponses avec les Élus et le Public

- Discours de clôture

- Convocation du futur Conseil d'Administration

 

Le président de séance passe la parole à Thibault HUMBERT, Maire d’Éragny-sur-Oise qui prononce son allocution de bienvenue.

En résumé, Thibault HUMBERT souhaite la bienvenue à l’AGO du CO.P.R.A. 184 puis il informe l’assistance de son anticipation sur les questions/réponses avec la salle du fait qu’il ne peut pas rester.

Il décrit alors les problèmes de circulation dans la ville d’Éragny-sur-Oise et les éléments en rapport avec le projet A104 :

  • Densité de la circulation sur la N184.
  • Le projet A104 s’essouffle, il n’est pas mentionné sur le PLU d’Éragny-sur-oise.
  • L’État dit : faites ce que vous voulez au niveau des emprises. Nous pouvons rendre les terrains constructibles.
  • On ne peut pas ignorer les impacts de la pollution sur la santé.
  • Son avis est inflexible car opposé au tracé vert A104.
  • La RN 184 est embouteillée à toute heure. Les véhicules sont à l’arrêt produisant pollution sonore et pollution par les gaz d’échappement.
  • Les rues d’Éragny-sur-Oise deviennent des voies de délestage entrainant détérioration de la voirie et du mobilier urbain. C’est également un danger pour les piétons. « Je me demande si l’A104 n’est pas nécessaire à cause de la N184 »
  • Urbanisation du Bas Noyer, c’est 700 logements.
  • La ville est coupée en deux par la N184, puis par la voie ferrée. Il y a l’A15 à côté, on ne veut pas que le tracé vert A104 vienne encore couper Éragny-sur-Oise.
  • Comment nous libérer de la N184 ?

Christiane PARAVY répond à Thibault HUMBERT :

  • Nous avons bien entendu que vous êtes contre le tracé vert A104.

  • Nous espérons que c’est une boutade quand vous dites « Je me demande si l’A104 n’est pas nécessaire à cause de la N184 »

Victor BLOT ajoute :

  • Ce soir, les Élus vous êtes bien représentés. Il y a eu un comité des Élus contre l’A104, je vous demande de vous accorder pour créer un comité d’Élus pour l’étude du dossier A104. C’est un dossier qui doit être traité dans sa globalité de Méry-sur-Oise à Orgeval.

Christiane PARAVY précise :

  • Nous demandons des délibérations des conseils municipaux, je profite de cette AGO pour vous demander de nouveau une délibération, seriez-vous d’accord ?

Réponse de Thibault HUMBERT, sans hésitation : « Ce sera fait au prochain Conseil municipal »

 

Après cet échange avec le Maire d'Éragny-sur-Oise, Christiane PARAVY, Présidente du CO.P.R.A. 184 passe à la lecture du Rapport Moral .

Cliquez ici pour voir le diaporama en pleine page

 

Rapport d'Activité

Lecture est faite du Rapport d'Activité par Christiane PARAVY, Présidente et par Philippe POIX, Secrétaire du CO.P.R.A. 184.

Cliquez ici pour voir le diaporama en pleine page

 

Puis Christiane PARAVY met ensuite au vote les résolutions suivantes :

L'Assemblée Générale Ordinaire du CO.P.R.A. 184 approuve le Rapport Moral, qu'elle adopte.

Résolution approuvée par l'Assemblée Générale Ordinaire à l'unanimité.

 

L'Assemblée Générale Ordinaire du CO.P.R.A. 184 approuve le Rapport d'Activité, qu'elle adopte.

Résolution approuvée par l'Assemblée Générale Ordinaire à l'unanimité.

 

Rapport Financier et Rapport des Contrôleurs aux Comptes

La parole est donnée à Freddy BEE, Trésorier du CO.P.R.A. 184, pour la lecture du Rapport Financier.

La lecture du rapport financier étant faite, la parole est donnée à Frédéric LOISELEUX, Contrôleur aux Comptes, pour la lecture du rapport des Contrôleurs aux Comptes.

Les Contrôleurs aux Comptes ayant donné quitus au Trésorier, la Présidente du CO.P.R.A. 184 met ensuite au vote la résolution suivante :

L'Assemblée Générale Ordinaire du CO.P.R.A. 184 approuve le Rapport Financier, qu'elle adopte.

Résolution approuvée par l'Assemblée Générale Ordinaire à l'unanimité.

 

Résolution concernant le montant des cotisations

La résolution est lue par Philippe POIX, Secrétaire du CO.P.R.A. 184 :

Cotisations : montants proposés pour l'exercice 2017-2018

Pour l'exercice 2017-2018, nous vous soumettons les mêmes montants que pour l'exercice précédent :

Adhésion individuelle 15 €
Adhésion familiale 20 €
Membre bienfaiteur, minimum 25 €
Personne morale 25 €

 

 

 

 

 

Cette résolution est ensuite mise au vote par Christiane PARAVY, Présidente du CO.P.R.A. 184.

Résolution approuvée par l'Assemblée Générale Ordinaire à l'unanimité.

 

Résolution permettant au CO.P.R.A. 184 d'Ester en Justice

Laurent LANTOINE, porte-parole du CO.P.R.A. 184 donne lecture de la résolution qui suit :

Résolution :

L'Assemblée Générale Ordinaire du CO.P.R.A 184 confirme, comme le prévoient les statuts du CO.P.R.A.184, la possibilité d'engager, à partir de la date de la présente Assemblée, toutes actions juridiques ou contentieuses devant toutes juridictions compétentes - notamment juridictions administratives - et dans ce cas sous forme de recours de tout acte ou décision, concernant le « PROLONGEMENT DE LA FRANCILIENNE » dans la Région Ouest de Paris.

L'Assemblée mandate, si besoin est et après décision du Conseil d’administration, la Présidente ou à défaut le Secrétaire pour engager les actions juridiques ou contentieuses ci-dessus visées et donne toutes autorisations à la Présidente, cette dernière comme représentante du CO.P.R.A. 184.

L'Assemblée autorise également la Présidente à se faire assister par un Cabinet conseil si nécessaire.

 

Christiane PARAVY, Présidente du CO.P.R.A. 184 met ensuite la résolution au vote :

Résolution approuvée par l'Assemblée Générale Ordinaire à l'unanimité.

 

Élection des Administrateurs

Philippe POIX, Secrétaire du CO.P.R.A. 184 et Dominique ROUSSEL, Secrétaire Adjoint du CO.P.R.A. 184, donnent lecture pour chaque ville, de la liste des candidats administrateurs devant être élus pour former le conseil d'administration du CO.P.R.A. 184 pour l'exercice qui commence, au titre de l'article 11 des statuts.

Lecture étant faite de toutes ces listes, qui comportent 115 noms au total, Christiane PARAVY, Présidente du CO.P.R.A. 184 met au vote la résolution suivante :

Résolution :

Les 115 adhérents dont les noms ont été lus à l'Assemblée sont nommés administrateurs du CO.P.R.A. 184.

Résolution approuvée par l'Assemblée Générale Ordinaire à l'unanimité.

 

Élection des contrôleurs aux Comptes

Madame Françoise SARAÏVA et Monsieur Frédéric LOISELEUX sont contrôleurs aux comptes, réélus à notre dernière AGO du 18 novembre 2015 à Conflans-Sainte-Honorine.

Madame Françoise SARAÏVA vient de partir en province. Souhaitons lui belle vie dans sa nouvelle région, celle de Nantes.

Monsieur Jean-Guy PATITUCCI se porte candidat, en tant que 2è contrôleur aux comptes, pour le prochain exercice.

Les deux contrôleurs aux comptes qui se présentent pour l’exercice 2016-2017 :

Frédéric LOISELEUX

Jean-Guy PATITUCCI

Christiane PARAVY, Présidente du CO.P.R.A. 184 met au vote l’élection de ces candidats aux postes de Contrôleurs aux Comptes pour l’exercice 2016 – 2017.

L’Assemblée Générale Ordinaire vote à l’unanimité l’élection de Messieurs LOISELEUX et PATITUCCI.

 

Motion d'action

La parole est donnée à Philippe POIX, Secrétaire du CO.P.R.A. 184 et à Dominique ROUSSEL Secrétaire Adjoint du CO.P.R.A. 184, qui donnent lecture de la motion d'action 2016 du CO.P.R.A.184 pourl'exercice 2016- 2017, motion donnant mandat au Président et au Bureau Exécutif du CO.P.R.A. 184.

 

MOTION D’ACTION

 

Les populations des communes de :

PIERRELAYE, ÉRAGNY-SUR-OISE, HERBLAY, NEUVILLE-SUR-OISE, CONFLANS-SAINTE-HONORINE, MAURECOURT , ANDRÉSY, CHANTELOUP-LES-VIGNES, ACHÈRES, CARRIÈRES-SOUS-POISSY, POISSY, VILLENNES et ORGEVAL,

Réunies en Assemblée Générale Ordinaire le vendredi 18 Novembre 2016 dans l’Espace des Calandres, rue de la papeterie à Éragny,

Réaffirment, une fois encore avec force, leur vive détermination à sauver :

• leur qualité de vie,

• leur environnement,

• leur patrimoine,

• leur santé,

 

Menacés par le tracé du « Prolongement de la Francilienne » entre Méry-sur-Oise et Poissy-Orgeval (A104) en plein tissu urbain.

 

CONSIDÉRANT

 

Considérant :

La décision ministérielle en date du 24 Octobre 2006 actant le choix du tracé dit « vert » du « prolongement de la Francilienne » entre Méry-sur-Oise et Poissy-Orgeval par Dominique PERBEN, alors Ministre des Transports, de l’Équipement, du Tourisme et de la Mer,

La mise en danger de la santé de milliers de familles, soit près de 300.000 habitants (par la pollution de proximité et le bruit) dénoncée par les autorités scientifiques et médicales, nationales et internationales (Airparif, Bruitparif, CNRS, OMS, GIEC…).

L’atteinte irréversible à l’environnement et à la qualité de vie

Le non-respect des normes françaises et européennes en terme de prévention des risques, qui caractérise les autoroutes en milieu urbain et notamment le projet du « prolongement de la Francilienne » par l’ouest parisien (A104),

Les impacts potentiels de l’Opération d’Intérêt National de Seine-Aval (OIN), qui ont été largement passés sous silence lors du Débat Public de 2006,

Les problèmes de congestion qui ne seront pas résolus par cet ouvrage, bien au contraire,

Les principales dispositions de la « Loi Grenelle Environnement 1» votées par l’Assemblée Nationale le 21 octobre 2008, notamment dans ses volets « Transport et Prévention des risques pour l’Environnement et la Santé »,

La décision de trois Premiers Ministres d’annuler le projet A104 : messieurs Pierre BÉRÉGOVOY en 1993, Édouard BALLADUR en 1995 et Lionel JOSPIN en 1997.

Les résultats sans ambiguïté du sondage IFOP de Mai 2012 confirmant le rejet massif de l’A104 par les populations, riveraines et non-riveraines.

Le rapport de la « Commission Mobilité 21 » publié en juin 2013 qui a proposé de classer le projet A104 parmi les projets de « seconde priorité » en notant toutefois le « caractère extrêmement controversé du projet en raison de la présence de milieux sensibles et de son coût élevé ». Elle a considéré « que les conditions n’étaient pas remplies » pour permettre de le retenir dans la catégorie des « premières priorités ».

La validation de ce rapport par le Premier Ministre, le 09 juillet 2013.

La loi sur la transition énergétique publiée au J.O. le 18 août 2015.

Les objectifs, en terme de réduction des G.E.S. assignés à la COP 21, l’Accord de Paris ratifié par la France le 08 juin 2016 et entré en vigueur le 04 novembre 2016.

 

MANDAT

 

L’Assemblée Générale Ordinaire du CO.P.R.A 184 :

• Rejette la décision ministérielle du 24 octobre 2006, non financée, qui fera porter le poids d’un investissement pharaonique sur les populations qui n’ont pas l’usage d’une telle infrastructure et l’ont rejetée unanimement,

• Réaffirme son opposition irrévocable à tout tracé de « Prolongement de la Francilienne » par l’ouest parisien (A104) en zones urbanisées dans les Yvelines et le Val d’Oise, notamment au vu des risques graves et avérés pour la santé publique,

• S’oppose à tout phasage éventuel du projet qui pourrait conduire à nous imposer, à terme, le tracé dans sa totalité.

 

Elle appelle à la mobilisation des populations des Yvelines et du Val d’Oise, pour que l’État :

Annule la décision ministérielle du 24 Octobre 2006, du Ministre Dominique PERBEN,

Abandonne tout projet de « Prolongement de la Francilienne » par l’ouest parisien (A104) en zones urbanisées entre Méry-sur-Oise et Poissy – Orgeval.

Restitue corrélativement l’ensemble des emprises et/ou réserves foncières correspondantes,

 

Elle demande à sa Présidente d’engager et/ou de poursuivre toute action auprès des élus nationaux, régionaux et locaux, auprès des autres associations ou organisations concernées, auprès de l’État et par voie de justice s’il y a lieu, pour faire valoir ce que de droit, à ses légitimes revendications.

 

Les mandants chargent le Bureau Exécutif du CO.P.R.A. 184 de mener toutes les actions, notamment d’information et de mobilisation et de préparer tous les dossiers techniques et juridiques, pour dénoncer ce projet inique, si l’État venait à lancer l’Enquête Préalable à la D.U.P.

 

Fin de la motion d’action

 

 

Après lecture, Christiane PARAVY, Présidente du CO.P.R.A. 184 met au vote la résolution suivante :

Résolution :

L’Assemblée Générale Ordinaire du CO.P.R.A. 184 approuve la motion d’action, qu’elle adopte.

Résolution approuvée par l’Assemblée Générale à l’unanimité.

 

Questions/Réponses avec les Élus et le Public

Victor BLOT, Fondateur du CO.P.R.A. 184, Christiane PARAVY, Présidente du CO.P.R.A. 184 et Laurent LANTOINE Porte-parole du CO.P.R.A. 184 répondent aux questions posées oralement ou par écrit par les participants à l'Assemblée Générale Ordinaire.

Les échanges du CO.P.R.A. 184 avec le public et les Élus présents à l'AGO sont riches. Ils témoignent de la détermination intacte des adhérents et sympathisants à ne pas accepter le "tracé vert" A104 ou tout autre tracé en zones urbanisées.

 

Discours de clôture de l'AGO

En résumé :

Laurent LANTOINE prononce le discours de clôture de l’AGO 2016 dans lequel il exprime le fait que le monde change et qu’il n’est pas admissible aujourd’hui de vouloir réaliser le projet A104 vieux de cinquante ans, comme si de rien n’était.

 

· Le monde change !

· La population est en continuel accroissement.

· L’augmentation de l’offre entraîne l’augmentation de la demande.

· Le monde change. Il est grand temps que nos décideurs comprennent qu’il faut changer notre vision des déplacements.

· Le Monde change et l’utilisation de la voiture aussi ! Il y a une tendance à la baisse de l’utilisation de la voiture.

· Le monde change et la façon de travailler et de se déplacer, aussi.

· Partout, autour de nous, le monde change et nos habitudes de travail aussi.

· La révolution sociétale qui arrive c’est le télétravail.

· Le monde change …Ainsi, on voit bien que les 10 ans qui nous séparent de la décision de 2006 du Ministre des Transports de l’époque et la situation actuelle ont complétement modifié la situation. Dans 10 ans elle le sera encore plus.

· La compétitivité économique de la région ne passe pas par le prolongement de la Francilienne.

· Le réchauffement climatique est un problème mondial qu’il faut limiter.

· L’année 2017 qui arrive sera une année d’élection présidentielle, suivie des élections législatives : le monde change, donc le nouveau gouvernement devra faire des choix pertinents et utiliser des méthodes résolument modernes, en cessant de s’arque-bouter sur des principes d’il y a 50 ans, comme si de rien n’était.

· Notre monde change et vous l’avez compris. Utilisons ces élections comme levier pour obtenir, des futurs élus et Autorités, l’annulation du tracé dit « vert » et la levée de l’ensemble des emprises foncières associées.

 

Laurent LANTOINE conclut son discours de clôture de l’AGO en insistant sur la mobilisation pour obtenir cette annulation :

 

Chères coprasiennes, chers coprasiens, notre monde change et vous l’avez compris.

Mobilisons-nous, mobilisons autour de nous. L’UNION FAIT la FORCE.

AVEC VOUS, nous OBTIENDRONS cette ANNULATION pour permettre à chaque Francilien de vivre dans un environnement sain qui ne l’expose pas à des pollutions chimiques et sonores indubitablement délétères pour sa santé.

Le monde change… alors…Changeons le monde !

 

Version intégrale :

DISCOURS DE CLÔTURE DE L’AGO 2016

PAR LAURENT LANTOINE

PORTE-PAROLE DU CO.P.R.A. 184

 

 

Chères Coprasiennes, Chers Coprasiens, Mesdames, Messieurs, Chers Amis, BONSOIR.

 

Le monde change !

Vous l’entendez sur tous les médias et les personnages politiques de tous bords vous le disent plus que de raison.

Mais pourtant c’est vrai. Le monde change ! Et beaucoup plus vite que certains ne le croient.

 

Le COPRA 184 vient de fêter ses 25 ans de combat… 25 ans déjà !

Le projet avait déjà lui-même près de 25 ans. Nous sommes donc bien là en présence d’un projet vieux de près d’un demi-siècle et dont les thuriféraires voudraient nous faire croire qu’il peut résister à l’évolution du monde. Qu’il peut conserver ainsi sa forme originelle, conçue pour une société du siècle dernier, conçue pour des territoires dont la configuration et le fonctionnement n’ont plus rien à voir avec ceux d’aujourd’hui !

Qui peut encore croire cela ?

Qui, dans son entreprise, au sein de son institution ou même de sa famille pourrait proposer des projets ou des créations qui s’appuieraient sur des bases vieilles de 50 ans sans craindre, au mieux le ridicule, et au pire, l’éviction symbolique, voire physique ?

Je vais aborder quelques points très révélateurs de ce changement qu’il n’est pas possible d’ignorer.

 

Tout d’abord, la population de la zone qui nous concerne est en continuel accroissement :

En effet, entre 1991 et 2015, la population du Val d’Oise et des Yvelines a augmenté de 262 000 habitants, soit une augmentation de près de 12% en 25ans, autrement dit, 10 500 habitants de plus chaque année !

Durant ces 25 dernières années, c’est comme si nous avions intégré, dans nos deux départements, l’équivalent de la ville de Montpellier, 8ème plus importante ville de France.

 

Ensuite, nous savons depuis très longtemps que l’augmentation d’une offre entraîne systématiquement une augmentation de sa demande.

Par conséquent et conjointement au phénomène précité de « densification des zones urbaines », de nombreux exemples en France et à travers le monde montrent « qu’augmenter l’offre de transport entraine un accroissement de la demande et ceci quel que soit le mode de transport ». Il est tellement plus facile de prendre sa voiture le matin plutôt que d’aller chercher un train !

Cela veut donc dire que très rapidement les nouvelles infrastructures routières se saturent. Toujours !

Prenons un exemple dans notre voisinage : l’A15 qui draine un flot de voitures considérable (environ 190 000 véhicules par jour entre Franconville et Gennevilliers) n’a pas vu sa situation s’améliorer malgré le doublement du viaduc de Gennevilliers en 1991.

L’A15 était totalement saturée à l’époque, on a donc doublé le pont et aujourd’hui elle est …totalement saturée ! Et la queue de voitures qui se forme remonte même bien plus loin maintenant, puisqu’il n’est plus rare du tout de constater que dès 7h du matin, les voitures sont arrêtées au niveau d’Herblay.

 

Depuis 2004 et l’ouverture du tronçon de l’A115 passant sous Taverny pour rejoindre la RN 184, le trafic a complétement explosé sur cette nouvelle voie. Les voitures forment maintenant une file ininterrompue de la jonction avec l’A15 jusqu’au Plessis Bouchard.

 

A l’est de paris avec l’A4 ou au sud avec l’A6, les conclusions sont les mêmes. Partout où l’on a élargi les autoroutes, construit de nouvelles voies etc… le trafic a continué à croître pour que quelques années après ces « améliorations », voire même seulement quelque mois, la situation redevienne aussi critique, voire pire !

 

Les promoteurs de cette idée révolue du « Tout voiture » voudraient-ils transformer la région capitale déjà extrêmement polluée en mégalopole où l’air y deviendrait littéralement irrespirable et où le nombre d’heures perdues dans les embouteillages serait du même ordre de grandeur que celles passées à travailler ?

Quelle pertinence économique y a – t - il là ?

 

Le monde change !

Il est grand temps que nos décideurs comprennent qu’il faut changer notre vision des déplacements.

En effet, comment imaginer que les déplacements liés à cette ultra concentration de la population puissent être résolus par des méthodes du siècle passé ?

 

Trouverait-on normal et rassurant que nos chirurgiens continuent à nous opérer comme il y a 50 ans ?

 

À l’heure du changement climatique, serions-nous d’accord avec un énergéticien qui nous soutiendrait que l’avenir de la production énergétique réside dans le charbon ?

 

À la décharge des décideurs adeptes du « Tout routier », je reconnais volontiers qu’il est toujours plus facile de s’appuyer sur des méthodes et des processus connus que de chercher à en trouver de nouveaux. Innover est toujours plus difficile et plus risqué que de recopier. Alors je comprends que certains, par facilité ou par ignorance des conséquences, préfèrent reproduire ce qui s’est toujours fait en termes de déplacement, plutôt que de tenter d’en imaginer d’autres.

 

Mais pourtant, il va bien falloir s’y résoudre car le monde change !

 

Vous savez tous que le COPRA, depuis 25 ans, passe son temps à argumenter et à informer les populations.

Nous n’avançons jamais d’arguments qui ne reposent sur des faits réels, quantifiables et vérifiables. Nous ne cherchons pas à nous faire élire, nous n’avons de promesse à faire à personne, nous ne sommes mus que par notre volonté d’éviter que nos enfants et nos anciens ne voient leur santé s’altérer à cause du passage en plein cœur de leurs villes de plus de 120 000 véhicules par jour avec 20 % de poids lourds hyper polluants qui ne sont pas près d’être équipés de moteurs électriques.

 

 

Le Monde change et l’utilisation de la voiture aussi !

 

Elle subit depuis quelques années une incontestable tendance à la baisse :

 

En effet, entre 1976 et 2010, le taux d’équipement en voiture particulière a globalement augmenté pour passer de 0,75 véhicule par ménage à 0,99. Mais durant la dernière décennie ce nombre a commencé pour la première fois à baisser ! En effet, le coût de possession d’une voiture étant de plus en plus important et les temps de trajets en voiture ne cessant de croître, les Franciliens commencent à changer leurs habitudes de déplacement surtout pour l’aller-retour domicile-travail.

Le nombre de trajets diminue aussi. En effet, après une hausse ininterrompue durant 25 ans, la mobilité individuelle, c’est à dire le nombre de déplacements quotidiens en voiture, baisse régulièrement depuis 10 ans !

Cette mobilité individuelle a même atteint, en 2010, un niveau inférieur à celui de 1991 ! (1,48 contre 1,51).

 

Les Franciliens se tournent de plus en plus vers des modes de déplacements alternatifs à la voiture. Pourquoi essayer d’aller contre cette tendance vertueuse, à la fois sur le plan économique et sur le plan environnemental, en prolongeant la Francilienne au risque de faire revenir des milliers d’utilisateurs des transports en commun dans leurs voitures ?

 

 

Le monde change et la façon de travailler et de se déplacer, aussi !

 

La société et le travail évoluent rapidement. Il y a 25 ans encore, les achats sur internet étaient inexistants, mais durant ces 10 dernières années le chiffre d’affaire du e-commerce a été multiplié par 8. C’est un mouvement de fond qui va considérablement faire évoluer nos modes de consommation dans les prochaines décennies et qui aura donc un impact inévitable sur nos modes et moyens de déplacements. La généralisation de l’usage d’internet pour les démarches administratives est un autre exemple de contribution à la diminution du nombre de déplacements.

 

Partout, autour de nous, le monde change et nos habitudes de travail aussi !

 

La révolution sociétale qui arrive est aussi symbolisée par le télétravail !

En 2000, à peine plus de 2% des salariés étaient concernés en France. En 2010 nous en étions à près de 9%.

 

Une nouvelle dynamique a été lancée avec le "Plan France numérique 2012". Il incite les entreprises à généraliser le télétravail. L’article 46 de la Loi du 22 mars 2012 consacre d’ailleurs le statut de télétravailleur en l’inscrivant au code du travail.

En 2012 c’est près de 12,4 % des salariés qui télé-travaillent au moins 8h par mois et ce nombre avoisine les 17 % seulement trois ans plus tard.

 

Selon un récent rapport du Ministère de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie numérique, le taux optimal de salariés en télétravail serait de 30% et cela pour 30% de leur temps de travail. Cela fait en moyenne environ 10% de salariés en moins sur les routes le matin et le soir.

10% de véhicules en moins c’est déjà beaucoup, surtout si dans le même temps l’amélioration des transports en commun s’accélère offrant ainsi aux salariés une offre plus attractive et donc très incitative, face à l’usage de la voiture pour les trajets pendulaires.

 

On peut donc réellement projeter que dans 10 ou 15 ans ce taux de télétravail attendrait 40% voire 50% comme ce qu’annonçait le Conseil d’Analyse Stratégique en 2009. C’est alors près d’un quart des voitures utilisées pour faire le trajet domicile-travail qui pourrait disparaitre des routes !

Comment pourrions-nous alors décider d’engouffrer des milliards d’euros maintenant, dans un prolongement autoroutier qui sera peut-être inutile 5 ans après son ouverture ?

 

On voit bien aujourd’hui comment les 10 ans qui nous séparent de la décision prise en 2006 par le Ministre des Transports de l’époque ont complétement modifié la situation. Dans 10 ans elle le sera encore plus.

 

Le monde change et les modèles économiques aussi !

La compétitivité économique de la zone ne passe pas par le prolongement de la Francilienne.

Il est inutile, je pense, de rappeler le sort de l’usine PSA d’Aulnay qui pourtant, était entourée par 3 autoroutes majeures.

Il y a bien longtemps maintenant que l’efficacité économique d’une région ne se calcule plus à l’aulne de son kilométrage autoroutier et ceux qui pensent encore autrement se fourvoient malheureusement dans une vision passéiste de l’économie qui les mènera inexorablement dans une impasse et nous avec !

 

Le monde change et le bouleversement climatique est un problème mondial qu’il faut combattre à l’échelle locale :

En termes de réchauffement climatique, l’année 2015 se classe largement en tête des années les plus chaudes depuis le début des enregistrements de températures. Mais le pire, c’est que 2016 va encore détrôner l’année précédente et de loin ! La température moyenne des six premiers mois de 2016 était supérieure de 1,3°C à celle de l'ère préindustrielle.

Je vous rappelle que l’objectif des « Accords de Paris » issus de la COP 21 (que la France a ratifiés le 08 juin 2016) était de limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C et de viser moins de 1,5°C … Mais bien avant que l’ensemble des pays de l’OCDE l’ait ratifiée, nous avons déjà presque atteint cette limite. Et pas en 2050 mais en 2016 !

 

Coprasiennnes et Coprasiens, l’année 2017 qui arrive sera une année d’élection présidentielle, suivie d’élections législatives.

Les Françaises et les Français vont choisir un homme ou une femme pour les représenter sur l’échiquier international mais aussi pour guider leur pays et tenir un cap dans l’intérêt général. Or, le projet de prolongement de l’A104 est contraire à l’intérêt général.

Le monde change, donc le nouveau gouvernement, s’il veut réellement répondre aux défis qui s’ouvrent, devra faire des choix pertinents et utiliser des méthodes résolument modernes, en cessant de s’arque-bouter sur des principes et des projets vieux de plus de 50 ans.

Le COPRA 184 n’a pas lutté, depuis 25 ans, contre ce projet délirant pour échouer si près du but. Surtout maintenant que tous les signaux montrent que nous avions raison et que les solutions à nos besoins de déplacements ne résident pas dans la construction d’un énième tronçon d’autoroute.

Utilisons donc ces élections comme un levier pour obtenir, des futurs élus et Autorités, l’annulation du tracé dit « vert » et la levée de l’ensemble des emprises foncières associées.

Chères coprasiennes, chers coprasiens, notre monde change et vous, vous l’avez compris.

Mobilisons-nous, mobilisons autour de nous. L’UNION FAIT la FORCE.

AVEC VOUS, nous OBTIENDRONS cette ANNULATION pour permettre à chaque Francilien de vivre dans un environnement sain qui ne l’expose pas à des pollutions chimiques et sonores indubitablement délétères pour sa santé.

Le monde change… alors…Changeons le monde !

 

Merci de votre attention.

 

Convocation du Conseil d'Administration du CO.P.R.A 184

La Présidente du CO.P.R.A.184 annonce qu'elle convoque les administrateurs nouvellement élus, conformément à l'article 12 des statuts, pour le Vendredi 09 Décembre 2016 à 20h30 à Carrières-sous-Poissy.

Les lettres de convocation et pouvoirs seront adressés par les présidents des comités de ville à tous les administrateurs.

 

Clôture de l'Assemblée Générale Ordinaire

L'ordre du jour étant épuisé, Christiane PARAVY, Présidente du CO.P.R.A. 184, déclare la séance levée et clôt l'Assemblée Générale Ordinaire du CO.P.R.A.184 en invitant tous les adhérents à poursuivre leurs efforts de mobilisation, puis souhaite à la salle de bonnes fêtes de fin d'année.


Clôture effectuée à 23 heures

 

L'AGO 2016 en diaporama

 

 
 
Emargement des listes d'adhérents
Discours d'accueil de Thibault HUMBERT, Maire d'Éragny-sur-Oise
La tribune de l'AGO 2016
Intervention de Laurent BROSSE, Maire de Conflans-Sainte-Honorine pendant les échanges avec les Élus et le Public
Intervention du Public
Laurent LANTOINE, Porte-parole du CO.P.R.A. 184 prononce son discours de clôture de l'AGO
Fichier attachéTaille
PDF icon Discours de clôture de l'AGO 2016252.29 Ko